Mark Adams et les Avignon

Nous avons vu plusieurs cartes de l’Atelier des Avignon à Aubusson. J’avoue avoir fait exprés de passer l’anecdotique d’abord : ces bouts de papiers dont on a souvent appris l’importance ici et dans lesquels on a parfois lu plus qu’il y avait. Une fois de plus, maintenant que l’on connait cet atelier, vérifions cela : dans ce que l’on m’a confié, il y avait un petit télégramme daté de 1957 et adressé aux Avignon. Le texte ? Deux mots et une signature : « Phoenix Magnifique, Adams ». La preuve que nos petits papiers peuvent parfois être témoins de la construction de l’Art Contemporain…

Ce télégramme, parti de San Francisco, reconnaissance d’un artiste pour le travail de celui qui tisse son oeuvre, est envoyé par Mark Adams, né à Fort Plain, NY, le 27 octobre 1925 et décédé en 2006. Installé à Aubusson avec sa femme, dans l’ancienne école pendant quelques temps, il a noué des relations très amicales avec quelques aubussonnais dont mon père.

Artiste en tapisserie, peintre et dessinateur de vitraux, il étudie la peinture à l’Université de Syracuse et avec Hans Hoffmann à New York, où il a été influencé par les tapisseries médiévales dans le cloître mais aussi par le travail de Matisse. Dans les années 50, Adams est soumis à l’influence de Jean Lurçat de qui il apprend les couleurs vives et des images claires qui caractérisent son œuvre. Il a également étudié à l’Ecole Nationale d’Art Décoratif d’Aubusson avant de commencer à faire tisser dans une série d’ateliers d’ici, notamment celui de Marguerite et Paul Avignon, avec qui il se lie d’amitié et qui a tissé sa première tapisserie de renommée nationale : « Phoenix et le Golden Gate » (1957), ce fameux « Phoenix maginfique« .
Une autre de ses tapisseries, « Vol des anges » (1962) a été exposé lors de la première Biennale Internationale de la Tapisserie à Lausanne. En 1976, son dessin de « Coquelicots de Californie » a été tissé comme un morceau de démonstration pour « Cinq siècles de Tapisseries », une exposition au Palais californien de la Légion d’Honneur à San Francisco. Après Aubusson il fera tisser plusieurs tapisseries, par exemple « White Block » (1977) et « Coucher de soleil avec Palms » (1979), par l’Atelier de San Francisco Tapisserie, avec laquelle il s’associe. Il a assuré plusieurs commandes publiques comme une série de panneaux représentant des scènes de jardin pour l’aéroport international de San Francisco (1981-3) ainsi que des dessins de vitraux, notamment deux pour le Temple Emanu-El à San Francisco (Fire et L’eau, 1971-4).

Mark Adams, Joseph Coat, 60 « x 69 », 1961. Tissé par Paul Avignon.

Mark Adams, Ranunculus, 80 « x 71 », 1968. # 1 sur 4, tissés par Paul Avignon.

1 Commentaire le Mark Adams et les Avignon

  1. Fondation Toms Pauli, Lausanne // 16 mai 2017 á 7 h 37 min // Répondre

    Bonjour, nous publions un livre sur l’histoire des Biennales de la tapisserie de Lausanne et illustrerons Vol des anges (Great Wing) 1962 de Adams. Savez-vous par hasard dans quelle collection se trouve actuellement cette magnifique tapisserie?
    giselle Eberhard Cotton, directrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*