Expérience MOOCAZ | Semaine Cinq

s5

De quoi n’ai-je pas parlé sur le déroulé de ces intenses semaines de MOOCAZ ?  Le choix d’une plateforme ?  Pour le parcours “ Création ”, le dernier devoir est lancé : il s’agit de réaliser la page de présentation du MOOC. La problématique de l’hébergement d’un MOOC pose question, d’autant plus quand on est en pleine construction de projet. Je ne travaille pas dans une ces institutions qui ont portes ouvertes sur France Université Numérique et, même si c’était le cas, pas sûr que mon projet finisse en tête de liste. L’hébergement, c’est une des données qui me parait être un frein potentiel au développement des MOOCs : en tant que passionné, on a le choix entre pleurer sans grand espoir une place sur des plateformes fermées, réservées à des experts diplômés, des universités, entreprises… et tenter l’installation d’edX qui me parait être autant une usine à gaz à installer qu’à utiliser (pardon aux développeurs mais ça tombe bien, il reste du boulot !)

Sur le forum, je propose, en espérant réaction, un petit montage composite avec divers outils en ligne qui pourrait coûter presque rien. Voila mon idée :

  1. Créer un blog (wordpress gratuit chez quelques hébergeurs ou hébergé avec un nom de domaine propre qui centralisera le déroulé du cours : info, contenu et proposition des activités semaine après semaine,
  2. Je crée un forum de discussion gratuit avec accès aux inscrits (genre forumactif.com pour les moins doués en informatique ou je me fabrique le mien en prenant des cours :http://fr.openclassrooms.com/informatique/cours/creer-son-forum-de-toutes-pieces),
  3. J’héberge mes vidéos sur Youtube (compte gratuit), je fais des incrustations sur le blog et/ou sur forum,
  4. J’y ajoute un Google Drive pour partager les fichiers,
  5. Je crée un groupe Google+ et/ou Facebook pour les discussions/débats périphériques,
  6. si création de contenu et stockage de données en collaboratif, je crée un Wiki gratuit soit en installant MediaWiki sur mon hébergement, soit sur un compte gratuit ailleurs.

Evidemment, avec un montage de ce type, je ne bénéficie pas de la notoriété des grandes plateformes de MOOC qui ramènent du monde mais ça ne m’empêche pas d’inscrire mon MOOC sur des annuaires et de faire une comm’ ciblée en fonction de mon sujet.

Cette proposition tombe un peu à l’eau (la plupart des inscrits ont des projets fictifs ou tous sont déjà institutionnels ?), en particulier parce qu’on m’y oppose rapidement un souci de bande passante et donc de limitation du nombre d’inscrits, pas très MOOC, ça. On me renvoie quand même vers itypa qui s’est posé la même question, ouf, on se sent moins seul ! D’autant que Matthieu relaye la proposition d’Yvain DEMOLLIERE, en plein chantier de MOOCit.fr, d’accueillir les inscrits au MOOCAZ pour que l’on puisse expérimenter la plateforme eDX de l’intérieur. Génial, je saisis cette opportunité avec le MOOC Médiation Culturelle. Pourquoi celui-là ? J’ai toujours des doutes sur les propositions venant du Net : « Mais si, on vous assure, vous restez propriétaires de vos données et de votre travail, mais non, l’argent en nous intéresse pas, nous sommes des bénévoles, altruistes, passionnés … » Mmmh ! Bon, ben je vais tester avec quelque chose auquel je tiens moyen alors, comme ça si les bénévoles altruistes se transforment en chefs d’entreprise en quête de rentabilité, ça risquera moins. Paranoïaque ? non, avec de l’expérience … mais MOOCit me fait actuellement mentir puisque la proposition de développer un MOOC reste valide. Reste mes doutes sur eDX mais j’ai eu la change de l’expérimenter de l’intérieur et de comprendre le montage des ressources. Cette partie est à compléter par le suivi d’autres MOOCs sur des plateformes diverses (Je suis inscrit actuellement sur COURSERA et SOLERNI) afin de mettre en rapport les différences, avantages, inconvénients de chaque. C’est donc à suivre.

Cette semaine, nous pouvons remplir les formulaires pour recevoir une attestation de participation au MOOCAZ. Nous avons jusqu’au 3 juillet pour finir de réaliser les évaluations par les pairs. Je me conforme bien sagement à la consigne qui veut que l’on ait évalué  deux devoirs de chaque semaine. Même si c’est assez futile puisque ce ne sera qu’une attestation de participation, avec inscrit le bémol que je pourrais ne pas être celui qui a travaillé, j’attache de l’importance à ce lien final et c’est assez paradoxal puisque, jusqu’ici, je me plaçais dans cette démarche d’acquisition de compétences par moi-même (autoformation) sans avoir besoin de preuves autres que ma capacité à faire : Le MOOC comme outil qui replace l’autoformation dans un contexte collectif ? Note pour plus tard : à développer ça.

Au passage, on nous demande de réaliser un document qui “ compile ” nos productions (il est  pour le MOOC Tapisserie et ICI pour le MOOC Médiation), bel exercice de document composite à réaliser.

L’équipe pédagogique organise, suit, observe, propose, encadre … mais ne donne que rarement son avis sur nos travaux. Pourtant à ce stade, on peut lire : « Nous sommes bluffés par la qualité de la majorité des travaux rendus. […] Toutes nos félicitations à ceux qui ont eu le courage de se confronter à un véritable LMS en testant par exemple la solution Open edX de l’un des participants, MOOCIT […] Certains des travaux rendus sont presque de niveau suffisant pour lancer des inscriptions (même s’il y a tout le cours à produire derrière bien sûr). C’est très encourageant, et le succès du MOOC est avant tout lié à l’implication de ses participants. L’équipe pédagogique vous tire donc son chapeau. » Je pars du principe que je fais partie de cette majorité et prend pour moi une part de ces félicitations, on a beau être sur un cours massif, auto-évalué et évalué par les pairs, l’avis du « prof » sur son travail reste important (réflexe ancré ?).

Bilan final ?  Pas une profonde remise en question, ni de bouleversements dans ma vision de la formation mais de vrais apports pratiques et théoriques sur comment envisager l’ouverture d’un élargissement de compétences ou de connaissances au plus grand nombre grâce à des outils, ressources en ligne…  Du coup, en plus de tester d’autres plateformes, de suivre le MOOC famille 2.0 du côté concepteur, et surtout parce qu’il y avait longtemps que je n’avais suivi de formation avec autant d’enthousiasme, je suis aussi inscrit au MOOCAZ V2 car il propose divers parcours pour approfondir quelques questions en suspens.

apmoocaz

 

2 commentaires


  1. Dans les premiers effets du MOOCAZ, je m’aperçois que j’ai oublié la décision de création de ce site/blog. Je n’aurais certainement pas donné une telle lisibilité de mes points de vue sur la formation, via MOOC et autres, sur le réseau avant.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *