Expérience MOOCAZ | semaine Zéro

moocaz

Mon intérêt pour les MOOC (Massive Open Online Course) est lié à cette sorte de passion pour toutes les questions qui ont attrait à la transmission de savoirs, le « Course » (les cours). Comme cela s’accompagne d’un côté altruiste, le « Open » (ouvert à tous) et qu’en plus la dimension sociale de cette transmission est gérée par le « Massive », je ne pouvais qu’être attiré. Si l’on ajoute l’aspect réseau via le « Online », particulièrement à la mode dans les moyens d’enseignement et que, personnellement j’utilise depuis longtemps, il ne me restait plus qu’à trouver de quoi répondre à mes interrogations concernant ce nouveau (?) mode, voire cette nouvelle mode de formation à distance.

Quelques recherches internet me dessinent les contours de l’objet, l’opportunité d’une conférence de Jean Vanderspelden sur le sujet le précise : je m’inscris sur COURSERA, attiré par un sujet particulièrement passionnant pour l’éditeur de BD que je suis par ailleurs,. Mais le début de ce MOOC est loin, mes capacités en anglais sont limitées … pas assez rapide.

Mes recherches en français m’amènent sur France Université Numérique, plateforme de MOOCs des universités françaises … Universités ? Ouh ! Est-ce bien de mon niveau tout ça ? On verra, j’explore et je trouve ce qui me va : une formation qui me paraît plus pratique que théorique, une sorte de mode d’emploi de « comment monter son MOOC ? » Parfait, autant allier la compréhension à l’action de suite : on me promet presque la capacité de gérer mon MOOC perso à la fin (ou alors c’est ce que j’ai voulu comprendre ? Non ??) Je m’inscris au MOOCAZ.

La vidéo de présentation du MOOCAZ m’a montré la tête de l’intervenant principal, Matthieu CISEL a une bonne tête, ça ne fait pas tout mais je reviendrais sur cet aspect des MOOCs qui veut que l’on s’expose face caméra. Son blog est pointu et, à le lire, le sujet lui tient à cœur, tant mieux mon intérêt n’en est que grandissant.

Connectons-nous donc à ce fameux F.U.N. … Ah ? Que ça ? Habitué à des plateformes d’e-learning lourdes (gestions des stagiaires, des groupes, des supports, des suivis et des liens entre tout ça), ça fait vide ici : 4 Onglets envoyant vers Contenu du Cours, Info cours, Wiki, Progression et on nous prévient déjà que la progression ne sert à rien, que nombre d’outils sont détournés et certaines discussions tournent autour du fait que la plateforme n’est en fait pas très adaptée : D’aucun trouveraient ça moyen sérieux de se lancer avec des outils inappropriés, moi, j’adore l’idée que nous sommes sur un espace d’expérimentation en Open Source (Edx) et que tout ça ne demande qu’à évoluer au fil de l’utilisation.

J’ai déjà enfoncé des clous avec une pelle, l’outil ne fait pas tout, cette semaine zéro, c’est la prise de contact, les débuts d’échanges, nous sommes … 3600 inscrits ? Aïe, ça va être chaud pour dire bonjour à tous le matin ! Clairement dans ces premiers temps (mais ça ne durera pas), l’aspect humain, on oublie. On voit bien passer quelques noms, pseudos sur le forum qui interviennent plus régulièrement, des billets qui font réagir mais rien qui individualise sur la plateforme. Le seul « humain, » c’est le « professeur » Cisel et il joue son rôle à merveille : présent partout sur le forum, il oriente vers les réseaux sociaux : Google+, Facebook, Twitter deviennent des annexes du MOOCAZ où l’on croise enfin des gens avec des images.

Le travail ? Ah oui, il y a du travail en cette semaine Zéro : d’abord faire le choix entre les deux parcours possibles : Analyse de MOOC ou Projet de MOOC ? Clairement l’analyse n’est pas pour moi, je suis là pour apprendre à faire. Puis, dans ce cadre, essayer de s’inscrire dans une logique collective : un MOOC ne se monte pas seul (Mince ! moi qui adore tout gérer !) donc partager ses intérêts et motivations pour tenter d’accrocher d’autres participants et travailler ensemble sur un projet commun ou alors tenter malgré les avertissements, de gérer son projet tout seul. L’expérience collective est tentante mais … l’expérience individuelle est tentante d’autant que c’est pas simple de se faire des amis MOOCAZ, rien n’est prévu pour ça sur la plateforme : pas de mail, pas de messagerie privée sur le forum … encore une fois, délocalisons vers un document partagé sur Google Drive qui permet d’exprimer la volonté de travailler ensemble sur un sujet commun : ce sera le MOOC appliqué à la Médiation Culturelle. Bon mais je fais quoi de mon idée première en lien avec non seulement un des cours que je gère mais aussi un des domaines que je connais le mieux et pour lequel l’expérience MOOC me paraît particulièrement intéressante : L’Histoire de la Tapisserie d’Aubusson ? Face aux projets qui s’exposent petit à petit au cours de cette semaine Zéro, cela paraît un sujet bien futile, voire particulièrement trop précis pour être massif… mais je suis là aussi pour répondre à ce genre de questions : est-ce fait pour m’arrêter ? Allez, ce sera non et je positionne mon MOOC individuel dans la liste des projets en me disant que deux projets, ce sera de toute façon trop (Ah la conscience de l’échec préalable !).

Entre temps, le forum, sous l’impulsion de Matthieu et de l’équipe pédagogique, débat sur la capacité des MOOCs à démocratiser le savoir. Je réagis ? J’ai une première expérience MOOC en Anglais, ça restreint, une deuxième sur une plateforme universitaire, ça aide pas et quand je lis quelques sujets de MOOCs de cette plateforme genre « Eléments de santé au travail pour les ingénieurs et managers », « Optimisation Stochastique Évolutionnaire », « SRAS : une « révolution » de la gouvernance mondiale des épidémies », « L’entrepreneuriat qui change le monde », je me dis qu’en terme de démocratisation du savoir, on a fait plus populaire. Pourtant ma place au sein même de cet environnement vient contredire cette thèse élitiste et si j’ai pu m’inscrire et suivre cette formation en ligne, voire même si j’avais voulu toutes les autres citées, c’est bien que quelque part une possibilité d’apprendre supplémentaire vient de s’ouvrir à nous tous.

A suivre pour les semaines suivantes. vous pouvez lire d’autres réactions sur le début du MOOCAZ ici ou là et sur le Blog de Matthieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *