Twitter, Mastodon ? Quel choix de réseau social aujourd’hui ?

Nous sommes dans le présent et Elon Musk vient de racheter Twitter. Dans son esprit ou pour sa communication, il pense avoir libéré le réseau. Dans celui de nombreux addicts aux tweets, c’est la fin de Twitter.

Deux points de vue totalement opposés sur la liberté d’expression et parfois incompréhensibles de l’extérieur : certains “extrémistes” du libre fuient vers Mastodon, persuadés que la liberté de parole proposée par Musk est celle des extrêmes américains. Alors ?

1. Peut-on rester libre sur un réseau où la parole de Trump, par exemple, sera au moins égale à la sienne, voire mise beaucoup plus en avant ?

Ça, c’est de la question ! Je comprends la recherche de lieux sains (Saints ?) pour échanger, la création de bulles de filtre et la volonté de ne pas cautionner les extrêmes. Je fonctionne énormément par tri sur mon fil Twitter pour le garder safe. Si ce n’est plus possible, clairement ce réseau n’aura plus d’utilité pour moi.

Par contre, ma philosophie, c’est plutôt d’être là où sont les gens. Ce qui m’intéresse dans le réseau “social”, c’est qu’il reste social avec cette notion d’ouverture de la parole de tous. C’est très utopie du premier web mais sans ça, on ne crée que le bar du coin et l’échange me paraît se scléroser.

De plus, abandonner Twitter et laisser ce genre d’espaces à la seule parole des extrêmes. Ca, ça me paraît beaucoup plus dangereux aujourd’hui que de faire face et contrebalancer par des échanges positifs et constructifs.

Est-ce que ce sera possible ? On ne le saura que dans quelques temps. En attendant, occuper le terrain, c’est toujours ça.

Et si transmettre et partager n’est plus possible sur Twitter demain, vers quel réseau aller ? Mes followers et ceux que je suis pensent Mastodon (Oui, le libre est une valeur et qui se ressemble s’assemble). De mon côté, j’aurais tendance à des choix plus radicaux encore : Tiktok, parce que ce besoin d’équilibre positif est prégnant là bas, ou Instagram, là où de nombreux jeunes pourraient avoir besoin d’accompagnement. Comme j’ai pu répondre à une sollicitation d’aller sur Mastodon, d’abord j’y suis déjà, ensuite personne n’a besoin de moi là bas.

2. Est-on plus libre sur Mastodon ?

Le principe technique de Mastodon, c’est la décentralisation des instances sur divers serveurs. Chacun peut monter une instance Mastodon et proposer de s’y inscrire. Vous aurez accès à toutes les autres instances et la possibilité d’ajouter à votre réseau des gens inscrits sur une autre instance que la vôtre. Si c’est trop complexe pour vous, choisissez une instance existante pour vous inscrire (en allant ici par exemple ou ).

Cela peut créer de la complexité par rapport à un réseau habituel où vos “amis” vous sautent dessus à peine inscrits. Il y a là une analogie à faire avec le mail : si vous n’avez pas le mail d’un ami, vous ne pouvez pas lui écrire. Sinon, où que ce soit son mail, vous pouvez le joindre. Mais se créer un réseau, contrairement à Twitter où l’on vous sollicite sans arrêt, sur Mastodon, ce sera un effort de recherche, de tri, d’exploration pour se créer une bulle. On est là plus proche de la vie où cela demande parfois des efforts que de maintenir la cohésion d’un groupe autour de soi.

Le choix de l’instance.

Donc, des tas de gens, de structures créent des instances où l’on peut avoir un compte. Même si certains pensent qu’elles sont équivalentes, ce choix est loin d’être évident puisque justement c’est un choix. Cela suffit à créer une nouvelle complexité pour le grand public. De plus, rien ne garantit que l’instance choisie pour votre inscription restera toujours safe, son créateur est peut-être un futur petit Musk ou il éteindra juste son serveur un jour. Pour preuve, certaines sont aujourd’hui fermées aux inscriptions. En fait, une instance Mastodon, c’est comme n’importe quel site internet, ça a un coût : hébergement, maintenance… et personne hormis peut-être quelques institutions ne pourra accepter tout le monde, à moins d’une version basée sur un modèle économique : paiement, publicité… Voilà aussi pourquoi on y trouve tous les premiers utopistes du web libre et gratuit. Ils paient souvent de leur poche leur instance en la mettant à disposition de tous.

Je vous passe l’aspect RGPD, la comparaison serait évidemment en défaveur des réseaux traditionnels, conçus pour aspirer nos données mais je serais curieux de l’avis de spécialistes sur ce que Mastodon peut faire en terme de données personnelles. Cela paraît assez difficile de trouver des infos là-dessus.

En tout cas, de mon côté, je me retrouve avec 3 comptes sur diverses instances (et quelques problèmes de lectures, contacts, regroupements… si vous me cherchez là bas, tentez @JNS@mastodon.cloud.), il est donc possible de migrer d’une instance à l’autre et d’opérer des tris selon les critères que vous avez choisi. On ne risque donc pas de vous imposer des choses contre votre volonté, genre payer 20$ pour rester certifié. ça se rapproche de la liberté.

Autre point de différence aujourd’hui : l’engagement.

La plupart des réseaux traditionnels sont basés sur de la provocation, du sentimental, de l’énervement collectif voire de l’agressivité (Quoi, Twitter ? 😕). Sur Mastodon, l’esprit étant actuellement plus consensuel par effet de filtre, l’engagement est largement moindre et, quand on cherche des échanges, il faut apprendre l’humilité, la patience, voire supporter le silence. Après un échange (sur Twitter 😏), cet effet d’engagement paraît relatif selon les personnes, les thématiques…

Évidemment, l’effet de masse critique joue beaucoup et l’on imagine que si Mastodon est très utilisé, cela changera. Vivement la grande migration ! 😉

Alors ?

Ben alors les deux. Expérimenter, tester, choisir en conscience, c’est ce qui construit notre culture numérique, avec des intérêts parfois temporaires, des déceptions, des évolutions … On a trop tendance à penser le web comme un bloc mais la Wayback Machine est pleine de sites disparus dont on aurait pu imaginer se passer à un instant T (Dinosaure de Web Power !!). Ces disparitions sont parfois du fait des utilisateurs et le déclin de l’utilisation de Facebook pourrait en être une nouvelle preuve.

La seule certitude en ce qui concerne les réseaux sociaux, c’est qu’il n’y en a pas, alors évitez de rester seul, observez, échangez, demandez et faites vos choix en conscience : Vous pouvez choisir de veiller et faire bouger de l’intérieur ou de l’extérieur, pensez avant tout que vous n’êtes pas le produit mais la pierre qui maintient l’édifice.

 

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. AlainIN dit :

    Merci pour cet article !

    Je répondrait que Mastodon et Twitter ne sont pas les mêmes réseaux 😉

    https://interventions-numeriques.fr/blog/2022/11/01/4-fonctionnalites-de-twitter-que-mastodon-ferait-mieux-de-ne-pas-avoir/

  1. 22 novembre 2022

    […] à la grande migration, Smoobla a disparu de Twitter pour réapparaitre sur Mastodon avec une continuité de son travail […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.