Du numérique au Brevet des Métiers d’Art “art de la lisse” d’Aubusson

Vous aurez compris que mes interventions au sein du Greta du Limousin sont diverses. Un des cours les plus liés à mon histoire personnelle, c’est l’Histoire de l’Art et de la tapisserie sur un Brevet des Métiers d’Art “art de la lisse” à Aubusson.

Savoir-faire traditionnel, reconnu patrimoine immatériel culturel de l’humanité par l’UNESCO en 2009, la tapisserie d’Aubusson pourrait paraître loin des univers numériques, notamment dans le cadre pédagogique : on voit plutôt des tas de laines, des crayons et de la peinture, du papier dans l’atelier.

Photo : Cité internationale de la tapisserie d'Aubusson

Pourtant quelques ordinateurs sont à disposition et le réseau wifi chauffe parfois : en effet, les apprenants développent leur art sur les réseaux et les cours ne manquent pas d’occasions d’utiliser des outils numériques.

Retour sur quelques bonnes pratiques :

Le numérique comme champ de développement d’une activité professionnelle :

Julie, une des apprenantes gère déjà sa structure et elle utilise internet pour partager sa formation, à la fois sur le modèle d’un site web /port-folio d’apprentissage mais aussi sur une chaîne Youtube avec des vidéos didactiques très efficaces sur ses process appris. Willyarn dispose de plus d’une boutique en ligne et elle fait appel à la solidarité des internautes pour développer son activité via un tipeee.

Le numérique comme moyen de monstration hors du temps et hors des coûts d’une location d’espace :

Cloé, elle, a un site d’artiste, préalable à la formation mais bien dans la construction d’histoire de vie textile.

Le numérique comme outil de création d’une communauté d’apprenants :

Dans le cadre de la création d’un nom de session et d’une identité collective, les apprenantes ont choisi le nom de Just’lissières et se sont dotés d’un e-mail collectif sur Gmail et d’un site web, créé – avec très peu d’aide – sur WordPress.com : https://justlissieres.wordpress.com/.

Le numérique comme outil de travail collaboratif :

Enfin, pour travailler en commun sur un dossier de gestion, elles utilisent la Google Suite et Google Drive. Cela permet des sessions de travail collaboratif sur un même document avec une mise en page graphique.

Le numérique comme outil de recherches :

Cet usage est assez évident, on le retrouve partout. Pour résumer ici : dans le cadre d’un cours d’histoire de l’art, de nombreux sites sont des sources pertinentes : Panorama de l’arthistoire de l’art.net ou Google Arts et Culture sont des incontournables car ils permettent de voir des oeuvres, parfois en haute définition, que nous n’avons pas sous les yeux. En complément,  Youtube, avec ces chaines spécifiques (celle de la Cité internationale de la tapisserie par exemple) ou au fil de recherches, est aussi un bon moyen de faire parler des artistes disparus et de mieux comprendre une époque révolue. Enfin, les apprenants utilisent Internet pour réaliser une revue de presse afin de compléter leur dossier de gestion sur les mutations, leurs incidences, la création et reprise d’entreprise en tapisserie.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *