Série Jeux Vidéo & Andragogie : POWERZ

Toujours à la recherche de nouveaux outils pour mes apprenants de divers niveaux et cultures, je viens de tester le jeu pédagogique POWERZ, un jeu vidéo gratuit d’aventure et d’exploration dans un univers médiéval-fantastique (Les seuls vrais univers, évidemment). Il n’est pas vraiment récent mais, dans mon cas, le besoin de ce type d’outil n’avait jusqu’ici pas été aussi prégnant. A la base destiné aux enfants entre 6 et 12 ans, PowerZ aborde différents sujets et domaines pour aider le joueur à découvrir les activités qui lui plaisent. PowerZ est adaptatif grâce à un système d’IA (Lequel ?) et permet aux enfants d’expérimenter l’astronomie, de résoudre des problèmes mathématiques, d’appréhender de nouvelles langues et des principes de la physique ou de corriger des fautes de français. Bon, c’est très ciblé “enfant” mais les thématiques peuvent peut-être nous aider dans le cas de jeunes adultes habitués aux codes des jeux vidéo.

L’objectif jouable, c’est de libérer le monde du fléau qui le menace : l’Amnesium (pour amnésie) qui plonge dans l’oubli tout ce qu’il touche. À l’aide de sa chimère, qu’il doit faire évoluer en apprenant, le joueur doit restituer la connaissance perdue. Là, je fais pause parce qu’on pourrait même imaginer, sur cette base, des exercices externes au jeu mais dans le même univers. Y’aurait du travail mais ça pourrait être assez passionnant, d’autant que l’équipe de développement a créé un Discord pour échanger et faire évoluer le jeu et que POWERZ a fait partie des projets innovants accompagnés par la CNIL.

Avec l’adresse du site https://powerz.tech/fr-fr/, vous arrivez sur cette page. Vous cliquez sur JOUER, cela vous envoie vers la page de téléchargement. Vous téléchargez et lancez le logiciel. La page d’accueil s’ouvre et vous demande mail et mot de passe pour créer un compte, pas de nom, ce qui limite le transfert de données.

Une fois enregistré, le jeu se lance et, toujours en cliquant sur JOUER, vous demande de créer un profil avec un pseudo et votre date de naissance, ainsi que le choix d’un avatar.

Une fois le compte créé, on peut modifier son personnage dans le jeu : couleur de peau, cheveux, vêtements, lunettes et sexe “déclaré”, ce qui peut commencer à rendre le jeu inclusif.

Un des gros intérêts de POWERZ, vous le voyez aux copies d’écran, c’est la qualité des graphismes qui, pour les plus anciens, vont faire un peu penser à un SPYRO ou à des jeux immersifs en VR dessinée. Pour les plus jeunes, cela va faciliter la prise en main Clavier/Souris (A ce sujet : message aux Dev. : J’ai eu un bug au niveau du pont, écran frisé et rien ne m’a dit que le touche E était déterminante). Oui, c’est un jeu perpétuellement en développement et c’est une bonne chose car cela crée un niveau d’attention supplémentaire.

Au travers d’un enfant “comme les autres” qui découvre le monde d’Aria, et qui est destiné à devenir un mage accompagné de sa chimère, les objectifs pédagogiques sont de travailler la résolution de problèmes, la logique, la créativité et l’intelligence émotionnelle, la géographie, l’orthographe, la poésie, l’histoire, les langues, etc. Cela au cours de petits jeux qui vont permettre d’avancer dans le jeu et d’apprendre grâce au séquencement pédagogique fourni. Pour les enseignants ou les parents, une application permet même de surveiller la progression de ses élèves ou enfants.

On le voit, ce sont des possibilités de renforcements ou remédiations qui ne sont pas réservés aux enfants et, comme je suis assez conquis, je vais rapidement le tester en formation pour en voir les intérêts avec de jeunes adultes. Si cela vous tente, on le fait ensemble et on en parle en commentaires ?

Vous pouvez télécharger le Kit pédagogique d’accompagnement au jeu ici et le jeu ici.

Et Bonus Geek : On entend la voix de Brigitte Lecordier, ce qui, comme chacun le sait, devrait suffire comme gage de qualité 😉

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30 janvier 2024

    […] démarré une série où je propose l’utilisation de jeux vidéos en andragogie, des jeux sélectionnés pour leur intérêt pédagogique et leurs qualités mais j’ai encore […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.