Certification Google « Marketing Digital »

Comme je le signalais il y a quelques jours, je me suis inscrit à la certification en Marketing Digital proposée par Google. Plusieurs raisons à cela :

La première, c’est ma curiosité de formateur : Quel parcours de formation, quels outils pédagogiques et quelle plateforme utilise un des géants du net quand il propose de la formation ?

La seconde, c’est de savoir si, comme Google le présente, cette certification peut être un plus sur un CV et de quelle nature serait ce plus.

J’ai fait le choix de l’inscription « grand public » car cela correspond plus aux apprenants que j’accompagne et qu’elle offre l’ensemble des cours. Google propose aussi une entrée « pour les Pros » orienté TPE/PME. Elle diffère de la première par un questionnaire d’entrée, une sorte de positionnement déclaratif, qui va personnaliser la formation et déterminer un parcours, en triant les thèmes et reformulant les cours, en fonction de vos réponses.

Sur les premières questions, j’avoue que le contenu m’a surpris, notamment par son volume : un découpage de parcours en 23 thèmes et 89 cours (Chaque thème comporte de 2 à 7 cours). C’est un contenu relativement important, au point, je pense, de rebuter un nombre conséquent de candidats. Cela seul Google pourrait le confirmer mais nous avons l’habitude d’objectifs modularisés plus modestes, pour les atteindre plus facilement, et enchainés ou apparaissant au fur et à mesure de la formation de façon chronologique.

Le choix de Google est autre : il propose l’ensemble du parcours, quitte à ce que l’inscrit suive cette formation dans le désordre, c’est faisable, j’ai testé.

Le parcours débute sur les bases de l’internet : recherche, mail puis il s’attarde sur les réseaux sociaux et les outils mobiles pour se focaliser sur le marketing : campagne de publicité, e-commerce, etc. Un parcours pour débutant avec une évolution rapide vers la sensibilisation à tous les tenants et aboutissants du marketing digital, de quoi intéresser de moyennes et petites entreprises, des auto-entrepreneurs, des associations…

goodig3

Les 23 thèmes de cours 

Les contenus sont bien construits : chaque cours comporte une vidéo formative de courte durée (5 mn en moyenne), un locuteur explique, des cas personnels sont décrits… Le texte de la vidéo est retranscrit et un exercice de mise en œuvre finalise le cours. C’est un cas pratique avec déclencheur, souvent un choix qui se pose à une petite entreprise. Vous devez choisir les options justes et valider. La réussite vous permet de passer à la suite.  Une fois l’ensemble des cours et mise en pratique du thème effectués, un quiz d’une dizaine de questions vérifie vos acquis.

En cas de non-réussite, et c’est là pour moi un des maillons faibles, il n’y a pas de plus-value de formation, on vous donne simplement une ou des indications et on vous envoie re-tester une nouvelle réponse, cela jusqu’à ce que vous trouviez la bonne. De là à penser que l’on peut pratiquement obtenir cette certification par hasard, il n’y a qu’un pas, d’autant que ni la durée passée sur les cours, ni celle sur les quiz n’est prise en compte (contrairement à certaines formations Google en anglais : une exception française ? Un moyen d’appâter le client ?).

Des pistes « pour aller plus loin » envoient vers des mises en situation, sites, applications … et orientent la mise en pratique de l’apprentissage. Même si Google oriente régulièrement vers des outils de sa société (c’est particulièrement vrai sur l’aspect marketing display mais cela peut être considéré comme légitime dans le sens où Google est quand même sérieusement en position dominante), ce n’est pas exclusif et on croise aussi des liens vers des concurrents, l’aspect réseau privilégiant par exemple Facebook à Google+.

Sur l’aspect collectif, même si l’on est bien dans une formation offerte au plus grand nombre, gratuite – et l’on imagine bien que la puissance de la communication Google atteint sa cible en nombre – on est seul face à son ordinateur : Pas le moindre forum, espace de discussion, pas de préconisation pour en ouvrir un, pas d’accompagnement pédagogique, pas d’équipe de concepteurs à joindre, même pas un mail en vue. Hormis les personnes filmées sur les vidéos de cours, qui pourraient être autant acteurs que professeurs ou entrepreneurs, la dépersonnalisation est totale, au point d’en regretter les foisonnements de discussions verticales et horizontales des MOOC.

Venons-en au suivi de cette formation : Dans mon cas, et au vu des thèmes que je connais relativement bien, j’ai commencé à regarder les vidéos puis je m’en suis rapidement passé pour aller directement aux mises en œuvre et au quiz validant les cours.

En ce qui concerne le temps, j’ai passé environ 4 heures (ah ben quand même !) sur 3 périodes de connexion, pour valider l’ensemble des cours et obtenir les 23 badges pour atteindre les 100%.

J’ai parlé dans un autre article du modèle comportemental de Fogg qui, dans la motivation, parle d’incentives tangibles : Ces badges sont visiblement là pour ça, ils ne servent pas à grand chose d’autre que d’avoir la satisfaction de les obtenir. Le pourcentage n’a pas grande utilité non plus, puisqu’il est calculé sur le nombre de cours effectués, mais IABEurope, le concepteur du cours, utilise des outils éprouvés ailleurs : on retrouve cela dans des formations type MOOC, etc.

goodig

Une fois les cours suivis et les 100% atteints, il reste à valider un quiz final de 40 questions. N’ayant pas la certitude que je pouvais revenir sur les résultats, j’ai évité de faire des erreurs. Je n’ai donc pas de lisibilité sur la non-réussite au test mais comme il est sur le même modèle que les Quiz des cours, le principe de « je tente jusqu’à la réussite » doit être la norme du cours.

Résultat : Dans mon cas – je suis à la fois Formateur et utilisateur (Mon association d’édition communique et vend exclusivement en réseau) – je maitrisais la plupart des thèmes, je n’ai donc pas ou peu eu recours aux vidéos. Il m’a quand même fallu 4 heures de cours, tests et questionnements pour obtenir cette certification Google « Fondamentaux du Marketing Digital ».

Cela m’a permis de mettre en lumière quelques-unes de mes faiblesses dans ce domaine : j’ai autour de 20% de mauvaises réponses aux Quiz. Le système en lui-même alerte sur le fait que l’on se trompe et il demande à recommencer, c’est une boucle. On ne peut donc pas compter sur le cours en lui-même pour diagnostiquer ces faiblesses et y remédier. Si l’on veut en faire un indicateur, il faut donc avoir une démarche d’apprenant autonome : noter ses erreurs, ses points faibles et les retravailler hors de la formation. Si j’étais dans une démarche entreprise, j’aurais donc comme objectif de retravailler les notions de SEO et SEM ainsi que le développement à l’international.

En ce qui concerne la certification, un système automatique vous permet de télécharger votre « parchemin » et de l’ajouter automatiquement à votre page LinkedIn.

Un dernier regret : Une fois la certification obtenue, les cours ne sont plus accessibles. Il ne reste que l’accès aux vidéos via Youtube. Cela ne facilite pas la démonstration avant inscription d’apprenants que l’on pourrait accompagner.

Cette dernière phrase montre pourtant bien que j’envisage de préconiser cette formation dans un cadre tertiaire car c’est une bonne sensibilisation aux problématiques du marketing digital, validée par une certification, ce qui n’est pas négligeable.

Sur le risque d’être un jour remplacé par Google, la formation me parait avoir bien besoin d’un accompagnement pédagogique pour orienter l’apprenant sur la remédiation à ses difficultés et sur ses choix à faire avant de passer à la pratique. ça tombe bien , c’est mon métier.

certifgoogle

A noter que Google doit être conscient des limites du tout online puisqu’ils animent des sessions de formation dans certaines universités, IUT… (Bordeaux, Aix-Marseille,  Paris Est : La liste Ici)

Les 23 Thèmes :

Internet et ses opportunités, Les premiers pas pour réussir sur Internet, Développer une présence en ligne, La communication par l’e-mail, Se familiariser avec la recherche, faire une place sur les moteurs de recherche, Les avantages de la recherche au profit des entreprises, Les annonces sur les moteurs de recherche, Comment améliorer une campagne sur les moteurs de recherche, L’analyse d’audience, Réussir grâce à l’analyse d’audience, Se faire connaître localement, Permettre aux clients de trouver une entreprise en ligne, L’importance des réseaux sociaux, En immersion dans l’univers des réseaux sociaux, Le mobile et ses possibilités, Profiter des opportunités du mobile, Introduction à la publicité display, La publicité display en détails, Le développement d’une entreprise à l’international, La puissance de la vidéo sur Internet, Créer un site d’e-commerce, Comment augmenter ses ventes en ligne.

A lire ailleurs

http://transition-numerique.fr/2016/01/05/google-france-lance-un-programme-gratuit-de-formation-en-ligne-aux-outils-numeriques/

http://www.blogdumoderateur.com/google-formation-pour-les-pros/

http://thierryvanoffe.com/google-pour-les-pros-formation-et-certification/

http://www.benintech.com/article/google-lance-une-formation-gratuite-et-certifiante-en-marketing-digital

http://www.love-moi.fr/2016/06/certification-google-digital-active.html

 

Un commentaire


  1. Merci pour cette analyse. C’est vrai que le volume de travail fait hésiter. Je me suis inscrit et quand j’ai vu les 89 cours, j’ai laissé tomber. Votre article me pousse à reprendre avec une méthodologie différente : je vais tenter les quiz sur les thèmes que je connais bien et je passerais du temps seulement sur mes points faibles. Je reviendrais vous dire le résultat.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *