De la transversalité en formation

La transversalité est aujourd’hui mise à toutes les sauces, technique managériale, volonté d’entreprise … elle se glisse bien évidemment dans la formation au travers des compétences transversales. Pourtant notre culture et nos habitudes d’enseignant, d’école, de financement nous font encore en grande partie transmettre des matières : le français, les maths, le numérique …
Même quand l’Europe veut créer un cadre de référence sur les compétences-clés pour tous, elle y réinscrit ces matières.

Comment, en tant que formateur, s’en détacher alors que la structure même où je travaille m’embauche comme formateur de Français, de Numérique, d’Histoire et impose un cadre horaire/matière … ?

La première étape passe par la collaboration interne : la transversalité, c’est d’abord coopérer (Oui, je pique le titre de cet article de JyBout parce qu’il est juste parfait, allez le lire). On ne peut rien faire de transversal en solitaire, c’est l’essence même de cette vision : travailler à plusieurs pour se rendre compte que quelques compétences échappent à la matière pour se retrouver essentielles partout. 

Evidemment, cela pose une question essentielle : “Est-ce naturel pour des enseignants/formateurs de travailler ensemble ?” Comment ? vous avez déjà répondu “Non” ? Doucement … 😉 Recherchons donc des outils facilitant ce travail.

Certaines compétences sont d’évidence des compétences transversales : l’autonomie, l’initiative, l’organisation, la planification, etc. Encore faut-il penser ses cours en utilisant ces compétences et concevoir des activités pour les mettre en oeuvre.

transversal

Pour aider, un certain nombre d’outils existent, notamment les guides de l’AEFA. En 2012 et sur 3 ans, l’agence Erasmus + a coordonné le plan national d’actions : Agenda Européen renouvelé dans le domaine de l’éducation et de la Formation des Adultes (AEFA), ils travaillent avec le Cafoc de Nantes (Centre académique de formation continue), pôle régional d’expertise et de compétences de l’Education nationale, dans le cadre d’un groupe de travail sur les compétences transversales.

Ils ont publié un guide pour Identifier, évaluer et développer les compétences transversales. Ce guide développe douze compétences transversales en contexte professionnel, il propose une graduation de ces compétences par paliers permettant une évaluation précise. Ces compétences sont liées au « socle de connaissances et de compétences professionnelles ».

Pour simplifier encore le travail, l’AEFA a conçu une carte/roue reprenant les 12 compétences déterminées par palier et niveaux attendus et évalués. J’ai toujours adoré les roues en formation, on ne se refait pas. Ces visuels ronds, sans réellement d’entrées et de sorties, me paraissent tellement mieux représenter la façon d’acquérir des compétences que des structures linéaires, ordonnées, numérotées … La notion de parcours, de plan de formation me pose toujours question par son côté parcellaire. Je sais qu’elle est fondamentale dans nos structures et surtout dans nos financements mais la réalité, c’est que l’on saute d’un apprentissage à l’autre au gré des rencontres, des échanges, des opportunités et rarement en suivant un cadre précis et contraint.

En tout cas, comme elle a la capacité de sortir du cadre, la transversalité nous oblige à tenir compte d’autres acquis, pris ailleurs, et à les évaluer si ce n’a pas déjà été fait. Ces outils, et notamment cette roue à paliers, sont parfaits pour se lancer à plusieurs et créer des activités transversales dans le cadre, par exemple, de pédagogie de projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *