Usage : faire équipe sur Pearltrees

L’idée du Web collaboratif a toujours été au cœur de mes travaux, que ce soit en associatif avec des sites disparus comme enCreuse.com (site créé en 1998 sur le département de la Creuse avec plus de 120 contributeurs à la fin), mon site consacré à l’histoire d’Aubusson, comptant plus de 60 contributeurs ou quelques projets artistiques autour du collaboratif en Copyleft qui m’ont valu d’être reconnu comme artiste numérique jusqu’à Montréal (voir ici) et les remerciements d’Antoine Moreau, (maître de conférences à l’Université de Franche-Comté, laboratoire ELLIADD Objets et Usages Numériques) sur sa thèse « Le copyleft appliqué à la création hors logiciel. Une reformulation des données culturelles ?« 

J’aime les choses en mouvement et l’apport d’un collectif, c’est toujours un étonnement que de revenir sur un site que l’on a créé et qui a déjà changé par l’intervention de gens avec qui l’on partage les mêmes intérêts. Un temps, c’était assez lourd à inventer ce genre de possibilités, je me suis mis au codage pour cela, risquant d’ouvrir mes pages aux pirates en tout genre, j’ai même partagé des codes d’accès ftp au plus grand nombre comme quelques expérimentateurs, souvent artistes sur les bords.

Et puis d’abord les blogs sont arrivés, avec leurs possibilités de commentaires, de rédacteurs multiples, facilitant le collectif mais pas forcément le contrôle : je me souviens de projets avec l’obligation de passer chaque matin, chaque midi, chaque soir sur un site pour veiller à sa ligne éditoriale, chacun faisant un peu ce qu’il voulait.

Aujourd’hui aucun outil web ne se lance sans son aspect collaboratif : réseau social oblige, on doit d’abord partager … mais partager quoi ?

Si je me suis lancé dans cette aventure du collaboratif, c’est parce que, de gestion d’ateliers d’écriture en passion pour l’histoire locale, j’ai toujours eu à gérer un contenu, un apport, un sujet … et que ce contenu primait sur le moyen, le « média » utilisé pour le véhiculer. Les blogs déclinent d’usage, trop intimistes, des réseaux plus larges les remplacent dans la gestion de notre besoin de reconnaissance sociale (Yes ! j’ai plus d’amis virtuels que toi !). On se connecte à des « bases de données d’amis » avec l’idée rare de partager un projet : le média prime sur ce que l’on pourrait en faire, le réseau social se suffit à lui-même, il génère assez de « bruit » comme ça. 

Dire « on travaille ensemble ? » dans ce cadre, proposer de construire quelque chose, un « objet virtuel » qui apportera à la fois une plus-value à ce travail en commun et un sens à l’utilisation du réseau, bizarrement ce n’est pas si évident. Il faut un cadre privilégié pour cela et c’est souvent ce qu’est la formation. En exemple, avec mes stagiaires de la formation Tapisserie, nous avons lancé un travail de veille en équipe : celui de répertorier les sites parlant de tapisserie, de textile, d’artistes ayant travaillé dans ce domaine … afin de capitaliser des supports à l’acquisition de savoirs.

Comme nous ne sommes pas sectaires et que plus nous serons nombreux à tourner notre regard vers ce sujet, plus la veille sera valide, vous pouvez rejoindre l’équipe. pour cela, créez un compte sur Pearltrees, allez sur http://www.pearltrees.com/t/tapisserie/id12954432 et demandez à rejoindre l’équipe. Chaque fois que vous trouvez un lien tapisserie (d’Aubusson ou non) intéressant, ajoutez-le à la collection et vous participerez à veiller sur ce patrimoine culturel immatériel de l’humanité (reconnu par l’UNESCO) et aux possibilités de transmettre le savoir autour de cet art.

4 commentaires


  1. Bonjour, je ne connais rien au sujet que vous avez choisi mais ça donne des idées pour se servir de cet outil. Collecter des sites par équipe comme ça, ça crée aussi une dynamique dans le groupe. Merci

    Répondre

    1. De rien, n’hésitez pas à venir me raconter ce que vous en faites, le partage d’expériences peut donner d’autres idées.

      Répondre

  2. Intéressant : Pearltrees me signale que mon espace de veille vient de dépasser les 3000 vues. On a donc bien à faire à un réseau de curieux 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *